LE MONDE N'EST PAS ROND

Artistic webzine on migration, borders, human rights

Peprin

« Peprin » est le rêve d’un étranger, un européen, petit bourgeois, lettré, accueilli dans un village maltais, Safi, à Pâques.

A Malte, on célèbre la mort et la résurrection du Christ, le passage de l’ombre à la lumière. A cette période de l’année, dans les champs, les coquelicots sont en fleur. Une nuit, le hurlement des chiens mêlé au bruit des hélicoptères tire l’étranger de son sommeil. Peut-être est-ce un rêve, hanté par le souvenir des images et des voix de L’homme à la peau de serpent, un film du réalisateur Sidney Lumet, disparu le 9 avril 2011, dont les journaux ont parlé dans la rubrique nécrologique. Adapté d’une pièce de Tennessee Williams, ce drame qui se déroule dans une petite ville du Sud des États-Unis, s’achève avec la mort de Val, l’étranger, guitariste et vagabond, dévoré par les chiens errants. Mais le serpent renvoie peut-être aussi à Paul de Tarse, le Saint Patron de Safi et de Malte, étranger lui-aussi, qui aurait fait naufrage sur l’archipel avant de convertir les maltais au christianisme.

Au lever du jour, les informations locales maltaises annoncent qu’un réfugié échappé d’un camp situé à proximité de Safi a été retrouvé mort dans des conditions non élucidées. Il s’appellait Ifeanyi Nwokoye, nigérien de 29 ans. Cette poésie lui est dédiée. 

1


Peprin

En mémoire de Sidney Lumet et de Ifeanyi Nwokoye

 Nuit
voûte affleurée débris d’étoiles
éveil étouffé étouffant de la meute

 

2

 

Nuit
croûte voilée couche de plis
j’attends

 

3

 

J’attends jaillir les aboiements de sève rouge
œil noir coquelicot
surgi des forges de Vulcain
il me souvient

 

4

 

Ma chair souvient

 

5

 

Méditerranée
mémoire bègue bégayant les images

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

image piquée du camp
fils cruciformes
mer découpée
chiens dressés
chasse à l’homme

 

7

 

et ma peau
peau de serpent aussi
se souvient du soleil

 

8

 

Pleins feux complices
encre jaunie des journaux
lettres menteuses
et l’haleine
l’haleine des hélicoptères
tourbillonnant sur les maisons

 

9

 

Gouffre nuit

Avant que Morphée à nouveau m’engourdisse
avale ce rêve enseveli
et retourne au sable buvard de l’enfance
moi l’étranger l’indéfini
le transi au nid douillet
de l’avers de la houle
j’entends

 

10

 

Anna
Anna Magnani

 

11

 

ton cri creuse la rive de mes tempes

 

12

 

18 avril printemps Pascal
passé le chant du coq
au vert paradis d’écarlate percé
gît contre ciel

 

13

 

la face chavirée
du fugitif

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Safi, Malte – Paris, avril – novembre 2011

photos:
1, 7: Grégory Fontana
2, 4, 9, 10, 13, 14: Philippe Parizot
3, 5, 8, 11, 12: Elizabeth Grech
6: à partir du premier plan du film de
Jean-Daniel Pollet, Méditerranée


Philippe Parizot, toulonnais, habite aujourd’hui à Paris où il travaille au ministère de la culture et de la communication.

Advertisements

Reply / Répondre

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: